20 juin - Navarete - Azofra 23 kms

Publié le par Nini Noschka

Texte lu dans un refuge puis,  retrouvé sur un mur.... apporte -il des réponses ?

Texte lu dans un refuge puis, retrouvé sur un mur.... apporte -il des réponses ?

Il a fait un orage hier soir et nous pensons trouver un peu de fraîcheur sur le chemin. Elle est toute relative, mais le ciel nuageux de la matinée et le lever très tôt nous donne des ailes pour quelques heures. 

Nous quittons  la ville des potiers,  Navarrete, dont l'église monumentale abrite un des plus beaux rétables baroques de la Rioja. A la sortie de la ville, le portail roman du cimetière, d'influence mozarabe,  provient de l'ancien hôpital de St Jean d'Acre. 

Nous parcourons les 23 kms à travers les vignes sur un chemin plaisant, qui monte régulièrement et faisons le dénivelé sans souffrir. Le camino évite les villages jusqu'à Najera où nous devions faire étape avant de décider de poursuivre jusqu'à Azofra où nous sommes arrivées avant la grosse chaleur.

Comme souvent en bordure du chemin, des arbres fruitiers nous offrent leurs produits : après les abricots et les cerises des jours précédents,   les prunes et les nèfles d'hier,  aujourd'hui  des prunes. Autant dire que si nous avons quelques problèmes de douleurs,  au moins nous n'avons pas de problème de transit ! 

Notre repos du soir se fera au refuge municipal d'Azofra, qui propose des boxes de deux places. Pour ce soir, pas de dortoir... Non il n'y a pas de nostalgie dans cette remarque !

De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra
De Navarrete à  Azofra

De Navarrete à Azofra

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paule 21/06/2017 20:58

Amigas!...................
Etant donné la canicule que nous vivons (nous : à l'ombre!!!!!!!!!), je me demande comment vous pouvez supporter.
Chapeau bas à vous!
Bisous